Muffins, Puffins.

En janvier, j’ai eu le fameux déclic. Celui dont tout le monde parle, poussant à se regarder avec plus d’amour dans le miroir et de commencer à écouter son corps. Voilà bien un concept que je ne connaissais pas, dont je ne voulais même pas entendre parler. Mais l’année deux-mille-dix-huit m’a chamboulée, comme ça, d’un coup, comme un éclair de génie. J’ai donc eu cette fameuse sensation de maturité, cette sensation d’avoir perdu des années et des années à manger trop, mal, pas assez, de nouveau trop et toujours plus mal. Je ne vous cacherai pas que je me suis laissée influencer par une de mes blogueuses préférées – mais c’était malgré tout une histoire bien personnelle. Entre mon corps et moi. Ma tête et moi, le chocolat et moi.

Je pourrai parler des heures de ce rééquilibrage alimentaire – oui parce que non, ce n’était pas un régime, ce mot devrait être interdit – des bienfaits qu’il a eu, de tout ce que ça m’a apporté, mais je soule déjà bien assez tout mon entourage pour souler aussi ma blogosphère. Je me contenterai donc de vous dire que je suis heureuse, enfin. Je me regarde, je m’admire et je reprends goût à me mettre sur des photos comme je le faisais avant les quelques kilos en trop installés après l’arrivée à Paris et le début des responsabilités. J’arrange mon style, je peaufine ma garde-robe (à jeter toutes les tailles trop grandes, à vendre les jolies choses // @vinted) et je retrouve le plaisir du shopping. Bref, je savoure l’été qui arrive pour la première fois de ma vie.

Il n’y a cependant pas de miracle, lorsqu’il s’agit de son corps et de sa morphologie. Si je ne fais pas de sport, je ne raffermis pas ma peau. Si je ne vais pas voir Thomas, mon prof trop canon d’abdos/fessiers, je me retrouve avec des jambes flasques. Si je ne masse pas ma cellulite tous les jours, ça se voit et ça fait toute la différence. Voilà donc quelques semaines – principalement à cause du déménagement si jamais je dois trouver une excuse bidon – que je ne vais plus au sport, que je me contente d’aller bosser en vélo et je vois la différence. Pas dans les kilos, pas sur la balance mais juste sur l’effet général. Mais étrangement, je sais que ce n’est rien de grave, rien d’insurmontable et que tant que mon alimentation restera saine et bien pensée par rapport à mon corps et à ses besoins – je serai toujours heureuse de celle que je suis devenue après ce déclic. Et croyez-moi, ça ne va pas m’empêcher de boire du spritz et de manger des pizza à Rome, dès ce soir !

Je vous ajoute pour terminer cet article #bonnehumeur une petite recette allégée de muffin aux fruits rouges. Rien de bien compliqué, si ce n’est de toujours avoir un peu de fruits rouges dans son congélateur pour ce type de petits plaisirs. Mélangez 250g de farine, 4 cuillères à soupe de sucre de canne et 1 cuillère à soupe de levure. Faîtes un puis au centre et ajouter un œuf battu, 50ml d’huile végétal, 200ml de lait. Mélangez jusqu’à obtenir une pâte bien lisse. Une fois que c’est fait, ajoutez autant de fruits que vous voulez (sans dépasser les 200g) en fonction de vos envies (j’aime bien quand il n’y en a pas trop, personnellement). Remplissez de petits moules à muffins au 3/4, enfournez au four pendant 25 minutes à 180 degrés et le tour est joué !

Bonne dégustation ..

Publié par

Âme curieuse et téméraire, prête à tout pour satisfaire sa curiosité et son incapacité à rester sur terre. Des mains pâtissières, un esprit imaginaire et des milliers d'idées à sortir sur la sphère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s