Prends une grande inspiration. Compte jusqu’à trois. Et souffle.

Ah, si vous saviez …

Si vous saviez ce que je pensais de la méditation, du yoga ou encore de toute forme de « lâché prise » il y a quelques années … Vous ne me reconnaîtriez certainement pas.

fit1

J’ai commencé le piano, tôt. La danse classique aussi. Mes parents trouvaient ça bien, cette culture de la musique et du rythme. Le solfège apporte une certaine maîtrise, une discipline. La danse classique aussi. Mais après trois ans, les professeurs ont été clairs. « Mettez-donc votre fille à la natation ou à la boxe, parce qu’elle se dandine constamment sur sa chaise. » Vous l’aurez compris, je ne tenais pas en place. Il fallait que j’évacue mon énergie, que je frappe ou que je m’épuise. ça n’a donc pas été difficile de rentrer dans les rangs des compétitions de natation, ou de frapper dans une balle de golf, ou de gratter le sol à la danse moderne. J’étais une pile électrique.

Et je le suis encore, qu’on s’entende. Mais le sport ne suffit plus pour canaliser tout ce qu’il se passe dans ma tête. Ou alors, il faudrait que j’en fasse mon métier. Que je boive, dorme, vive, mange sport. Impossible. Qu’on se le dise. Contre toute attente donc, j’ai commencé le yoga. C’était l’année dernière, juste après le nouvel an. J’avais encore la tête qui tourne de tout le champagne bu la veille. J’avais les yeux bouffis et le corps endolori. J’ai eu l’idée de regarder sur google ce qui pourrait me sauver de cet état second (toutes les belles histoires commencent par l’alcool …) et j’ai trouvé une vidéo Elle Yoga de 20 minutes, spécial digestion de fêtes. Je l’ai lancé et … mon. dieu. L’effet a été immédiat. Bien plus efficace que ma sixième tasse de thé détox. Le lendemain, j’ai fait celle pour le ventre plat. Ensuite, celle pour lâché prise. Ensuite, celle de la détox émotionnelle. Petit à petit, c’est devenu une habitude. Une bonne habitude.

fit2

J’aurai pu m’arrêter là. A quelques entraînements par semaine en plus du reste. Mais j’avais besoin de plus. J’avais besoin de mieux. Prise dans une spirale émotionnelle, je me suis dopée aux podcast bien-être. Change ma vie a d’ailleurs été un réel déclic. J’avais l’impression de m’écouter penser, de comprendre enfin comment prendre du recul et d’être donc le spectateur tant attendu de mes pensées. Et le tout, sans être folle. Ou sans avoir peur de l’être. Je m’écoutais, je me retrouvais et j’avais enfin le contrôle de mes émotions. Enfin, sauf quand je suis trop fatiguée pour tout gérer. Parce que la fatigue, c’est pire que tout. Tension, stress, prises de tête inutiles … Lorsque le corps veut dormir, il le fait clairement comprendre. Mon conseil là-dessus? Aller dormir. Dès qu’on en ressent le besoin, il faut se reposer. Vingt minutes, dix heures, trois heures. Qu’importe. Dormir reste la meilleure façon de prendre soin de soi.

J’ai donc réussi à canaliser mon énergie, mes émotions et mes pensées. Je cours pour évacuer, je médite pour souffler, je dors pour reposer l’esprit et je fais vingt minutes de yoga dès que mon corps est tendu. J’écoute mes besoins pour savoir y répondre et j’apprends chaque jour un peu plus des gens, de leurs réactions et de leurs ressentis. C’est beaucoup de travail, autant le dire. Il faut du temps et il faut surtout y croire ; mais je suis aujourd’hui fière de dire que j’ai fait un grand pas en avant suite à cette vague décision d’un lendemain de cuite.

fit3

Au delà du sport et des podcasts, j’ai aussi été aidée par des livres. Un, en particulier. « Tu vas tout déchirer ! » de Jen Sincero. Cette américaine a compris beaucoup de chose sur la confiance en soi, sur le travail à faire pour se comprendre mais aussi se faire comprendre. Elle parle de croyance, de foi, de karma. Elle explique ce qu’on peut contrôler, comme ce qu’on doit laisser tomber. Elle est inspirante. Je vous mets d’ailleurs quelques phrases pour terminer cet article. De quoi se rappeler de l’essentiel …

Le positif amène le positif. Le négatif attire le négatif.  ~ Ce n’est pas parce qu’une histoire ne termine pas comme vous le souhaitez qu’elle se termine mal. ~ La douleur est déjà bien suffisante, il n’est pas nécessaire de rajouter de la souffrance en cherchant des réponses inutiles. ~ Concentrez-vous déjà sur ce que vous voulez, avant de penser à ce que veulent les autres. ~ Croyez en ce que vous voulez, mais croyez-y fort. Parce qu’il n’y a qu’avec la foi qu’on écrase les doutes. ~ 80% de nos pensées sont négatives. Nous sommes habitués à la négation. Mes toutes les habitudes s’inversent. ~ Chaque être humain a le contrôle complet de ses émotions. Il décide de crier, de pleurer, de parler, de se taire. Il en a le droit. A vous de le comprendre, pour qu’il vous comprenne à son tour.

 

Publié par

Âme curieuse et téméraire, prête à tout pour satisfaire sa curiosité et son incapacité à rester sur terre. Des mains pâtissières, un esprit imaginaire et des milliers d'idées à sortir sur la sphère.

Un commentaire sur « Prends une grande inspiration. Compte jusqu’à trois. Et souffle. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s