Des Histoires de Meufs, #3.

CHAPITRE TROIS — les films d’amour.

J’avais besoin d’un dimanche au calme. Pour ranger tout ce que la semaine a entassé, cuisiner un peu mais aussi (et surtout) me caler dans le fond de mon canapé à regarder des films d’amour avec mon chat sur les genoux (chat pouvant être remplacé par chien, lapin, souris, pot d’haagen-dazs ou cookies). C’est à la fin du premier (oui, j’en ai vu plusieurs) que j’ai réalisé qu’une fois de plus nous les femmes : on se faisait avoir. Et pour deux raisons majeures.

La première, c’est qu’on ne raconte toujours que le début dans ces films. Le moment où on se découvre, se cherche et où on se bat pour commencer la relation. Le moment où tout est mielleux, doux et plein d’étoiles dans les yeux. Que ça commence d’un jeu, d’une rencontre avec un mec parfaitement canon (qui n’existe pas dans la vraie vie) ou d’une erreur (jamais honteuse) en soirée, on sait bien qu’ils finiront par s’embrasser sous la pluie et que le générique de fin coupera l’élan de nos chaudes larmes. Mais pourtant, est-ce qu’il ne serait pas bon de nous montrer la suite ? Les crises d’angoisse pour un torchon ou les embrouilles pour un ticket de caisse mal placé ? Est-ce qu’on ne pourrait pas savoir comment elles font, ces actrices extraordinaires – pour gérer ce genre de situation ? Et alors non, essayons de ne pas se la jouer Cameron Diaz qui rassemble toutes les exs pour pourrir la vie du mec. Ça, ça n’arrive jamais non plus.

La seconde (et certainement la plus importante), c’est que les mecs de ces films n’existent pas. Big news chicas ! Que ce soit Chuck pour Blair, Christian pour Anastasia ou même Lucas pour Brooke ( #teambrucas ), ce ne sont que les mecs qu’on aimerait qu’ils soient. Jamais ce qu’ils sont vraiment. Ils ne nous courent pas après, ils n’aiment pas rester sous la pluie pour discuter pendant des heures de combien ils nous aiment. Ils ne vont pas chercher des fleurs à l’autre bout de la ville parce que c’est nos préférées. Ils ne jettent pas un feu d’artifice pour une demande en mariage. Bref, je ne vais pas vous rappeler tous ces scénarios qui ont bercé nos adolescences et dont on a tant rêvé – je tenais juste à appuyer sur ce point fondamental. Ces mecs sont imaginés pour plaire aux femmes, pour qu’elles soient émues à la fin du film, pour qu’elles se réveillent le lendemain avec l’envie d’être aimée de la même façon (alors qu’il n’a toujours pas répondu au texto de la semaine dernière). L’homme imaginé par l’homme est bien différent, bien plus distant et bien moins romantique.

Alors aujourd’hui pour la chronique, je râle sur toutes ces années où j’ai cru qu’il était possible que les mecs soient aussi incroyables que dans les séries américaines ou tous les films à l’eau de rose et je râle sur ces mecs qui ne sont pas comme dans les films. Je sers mon chat contre moi (qui ne peut pas vivre sans moi, ou sans ses croquettes) et je demande à ce qu’ils fassent une suite, un after-show, une réalité pour arrêter de croire à ce qui n’existe pas.

Et qu’il réponde enfin à mon satané texto !

Publié par

Âme curieuse et téméraire, prête à tout pour satisfaire sa curiosité et son incapacité à rester sur terre. Des mains pâtissières, un esprit imaginaire et des milliers d'idées à sortir sur la sphère.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s