Very Important Lunch

Depuis quelques années, je fais tous mes repas du midi. Les raisons ? Mieux manger, moins gâcher et économiser de l’argent (pour payer les restau du soir). C’est du travail, il faut se le dire mais plus ça va et plus ça devient un plaisir ! D’autant plus depuis que je me suis acheté « Super Lunch Box » et que j’en tire un max d’inspiration … J’en profite donc pour vous proposer quelques recettes rapides, avec les fonds des placards.

lunchbox

Lire la suite de « Very Important Lunch »

Publicités

Des Histoires de Meufs, #4.

CHAPITRE QUATRE — la vieillesse.

Je pense que d’une certaine façon, j’ai cru jusqu’au bout que j’allais y échapper. Perdue entre la fin de l’école de commerce, le début de la vie active et ce petit retour à zéro du début de l’année, j’ai vraiment cru que les années s’étaient arrêtées depuis mes vingt-cinq ans (ce que je réponds encore lorsqu’on me demande mon age, d’ailleurs).

Mais depuis une semaine, j’ai le malheur de l’avouer, je vois et je sens que je vieillis.

Lire la suite de « Des Histoires de Meufs, #4. »

Crumble en Folie.

Hier soir, j’ai préparé un dîner en rentrant du boulot. Et selon moi, n’importe quel dîner se termine par un dessert (non pas qu’on ait encore faim, juste que la petite dose sucrée à la fin du repas ; elle fait quand même beaucoup de bien). Je n’avais pas beaucoup de temps, et certainement pas envie de me lancer dans un entremet à plusieurs cuissons. J’ai donc opté pour mon dessert « express » préféré : le crumble.

Lire la suite de « Crumble en Folie. »

Des Histoires de Meufs, #3.

CHAPITRE TROIS — les films d’amour.

J’avais besoin d’un dimanche au calme. Pour ranger tout ce que la semaine a entassé, cuisiner un peu mais aussi (et surtout) me caler dans le fond de mon canapé à regarder des films d’amour avec mon chat sur les genoux (chat pouvant être remplacé par chien, lapin, souris, pot d’haagen-dazs ou cookies). C’est à la fin du premier (oui, j’en ai vu plusieurs) que j’ai réalisé qu’une fois de plus nous les femmes : on se faisait avoir. Et pour deux raisons majeures.

Lire la suite de « Des Histoires de Meufs, #3. »

Des histoires de meufs, #2.

insoutenable

CHAPITRE DEUXl’attente interminable du texto.

Je me souviens encore de mon premier téléphone. C’était le vieux SONY de ma mère en noir et blanc. J’écrivais mes textos en T9, comptant chaque lettre pour m’assurer de n’en envoyer qu’un (on payait si cher un petit point de trop qu’on s’obligeait d’écrire en langage sms même si on ne le voulait pas). J’étais au lycée à l’époque (hors de question d’avoir un portable avant, ce qui valait bien des crises à la maison) et je me souviens très bien de ce premier stress du texto. Cette attente, ongles rongés, d’une réponse qui mettait toujours beaucoup trop de temps à arriver. Cet instant interminable où mes yeux ne quittaient pas l’écran du portable (même s’il était réglé au maximum du son pour être sûre de l’entendre). Ces longues minutes qui pouvaient durer des heures, qui nous semblaient des années entières.

Lire la suite de « Des histoires de meufs, #2. »

L’entre-Deux Hivernal. #Essentiels

J’ouvre les volets hier matin et je regarde la grisaille parisienne une seconde (pas plus, il fait bien trop froid). Vous ne la trouvez pas bizarre cette période? Complètement coincée entre l’envie d’aller au ski et celle de voir revenir le soleil, la chaleur et les apéros sur les quais … J’ai vite refermée la fenêtre et je suis allée me glisser sous mon plaid, rêvant des plages de Cuba qui arrivent dans un peu plus d’un mois. J’ai allumé Netflix en fond, et j’ai pensé à vous faire un petit sujet sur mes derniers #essentiels, histoire d’oublier cette période étrange pendant quelques minutes.

Lire la suite de « L’entre-Deux Hivernal. #Essentiels »

Des histoires de meufs, #1.

On n’en parle pas assez, de nos vérités. On se les raconte pendant des heures entre nous (en petit comité, en choisissant bien son audience), mais on ne va jamais jusqu’à l’avouer en public, encore moins l’écrire sur un blog. Mais je change les codes, j’en ai envie. Je lance une chronique sur nos histoires de meufs, pour parler ouvertement de tout ce qu’on n’ose pas dire, pour qu’on se reconnaisse, qu’on s’appelle, qu’on se fasse une bouffe, qu’on prenne dix shots. Qu’on le vive ensemble bon sang, et à fond !

CHAPITRE UN — la bonne dose de loose.

Il existe un phénomène incroyable (pas vraiment dans le bon sens du terme) qui agit sans aucune exception après une séparation (qu’elle soit voulue, ou non). C’est automatique, inévitable, involontaire et parfaitement insupportable. Ce n’est autre que cette bonne grosse dose de loose qui suit la rupture. Elle se matérialise sous plein d’aspects, sans qu’aucun ne nous plaise vraiment. Il est impossible de l’éviter, sous peine de se retrouver avec une bien plus grosse loose. Et c’est (bon pas que, certes, mais quand même) pour ça que pendant le mois qui suit l’événement tragique, on a l’impression que la terre entière nous en veut et nous fait payer la moindre erreur, le moindre faux-pas, la moindre bafouille de travers. Certaines diront que c’est le karma, d’autres diront que la loose attire la loose … Moi, je dirai que ce n’est qu’une phase à traverser tout comme on traverse les cinq autres phases du deuil (Summer les cite si bien : le déni, la colère, la tristesse, la nostalgie, l’acceptation) mais qu’on oublie juste de nous le dire (comme par hasard) pour éviter la démoralisation immédiate. Et en même temps, il y a de quoi mentir parce qu’enchaîner un mois de loose, c’est sacrément long.

Lire la suite de « Des histoires de meufs, #1. »

Nice Places of January.

diapositive1

Faut-il encore présenter la Cevicheria? Ce restaurant qui magnifie comme au Chili le poisson cru ou mariné a tout de suite fait mouche lors de son ouverture à Paris. J’ai la chance d’avoir l’un d’eux juste en bas de chez moi et je me retiens chaque jour de ne pas y aller. Il faut absolument y prendre un cocktail (ils sont incroyaaaaables), des tapas à partager pourquoi pas, un plat à base de poisson (évidemment) et un accompagnement. Purée de patate douce ou champignons magnifiquement bien assaisonnés, il faut le dire – cet endroit ne fait aucune erreur. Ou peut-être si, le prix qui ne permet pas d’en faire sa cantine.

Lire la suite de « Nice Places of January. »

Objectif 2019 ; faire mieux pour la planète, mieux pour nous.

Voilà quelques mois que je veux vous faire un article, que je veux en parler mais surtout que je me bouge pour mieux vivre sur notre planète. Je ne vais pas m’étendre sur le pourquoi du comment ou sur la consommation massive (ce serait beaucoup trop long et bien trop barbant), je me contenterai dans cet article de vous faire part de mes solutions, de mes changements pour une vie plus écologique (promis, c’est pas si difficile) et donc, de mes nouvelles résolutions 2019.

Au delà de mes efforts en nourriture (j’en reparlerai) (le sujet est trop vaste) (c’est terrible) et depuis septembre déjà, je fais du compost. La mairie de Paris fourni pour test un petit saut qui vise à développer cette fabuleuse façon de jeter. Coquille d’œuf, épluchures, restes d’aliments … Tout ce qui est périssable crée de l’engrais pour la ville de Paris. Quitte à jeter, autant jeter dans la bonne poubelle, l’effort est le même. N’hésitez pas à vous renseigner sur ce qui est fait dans votre ville/arrondissement. Et promis, ça ne pue même pas.

dechet1

Lire la suite de « Objectif 2019 ; faire mieux pour la planète, mieux pour nous. »

Bonnannée !

Je sais.

Je sais.

Je vous entends déjà de loin, me dire que ça fait longtemps que je n’ai rien posté. Que ça fait longtemps que vous n’avez pas eu une petite recette, une petite histoire ou encore un #moodboard.

Je. Sais.

Le fait est, j’ai eu envie de profiter un peu de ma vie réelle. Est-ce juste un effet de mode ou une prise de conscience? Je n’ai toujours pas la réponse. J’ai simplement ressenti ce besoin de me décrocher de mes cinq heures d’écran quotidienne (oui, cinq. comme 5. comme 3+2. cinq) et de vivre à fond. Les sorties, les ami(e)s, les restaurants, les livres, les expositions. Les rencontres. J’avais envie de vivre tout ça sans que rien ne m’en gâche le plaisir. Alors j’ai tout coupé, sans réfléchir. J’ai activé le mode « ne pas déranger » et j’ai supprimé la plupart des notifications. Facebook a fini à la poubelle, sans regret. Mon portable est devenu un fantôme que je n’utilisais plus que lorsque j’en avais envie. Prendre une photo, la poster et l’oublier. Ne répondre qu’aux urgences, ou prendre le temps de prendre de vraies nouvelles. Lever le nez une seconde. Respirer l’air frais de l’hiver.

Lire la suite de « Bonnannée ! »