Prends une grande inspiration. Compte jusqu’à trois. Et souffle.

Ah, si vous saviez …

Si vous saviez ce que je pensais de la méditation, du yoga ou encore de toute forme de « lâché prise » il y a quelques années … Vous ne me reconnaîtriez certainement pas.

fit1

J’ai commencé le piano, tôt. La danse classique aussi. Mes parents trouvaient ça bien, cette culture de la musique et du rythme. Le solfège apporte une certaine maîtrise, une discipline. La danse classique aussi. Mais après trois ans, les professeurs ont été clairs. « Mettez-donc votre fille à la natation ou à la boxe, parce qu’elle se dandine constamment sur sa chaise. » Vous l’aurez compris, je ne tenais pas en place. Il fallait que j’évacue mon énergie, que je frappe ou que je m’épuise. ça n’a donc pas été difficile de rentrer dans les rangs des compétitions de natation, ou de frapper dans une balle de golf, ou de gratter le sol à la danse moderne. J’étais une pile électrique.

Lire la suite de « Prends une grande inspiration. Compte jusqu’à trois. Et souffle. »

Publicités

Muffins, Puffins.

En janvier, j’ai eu le fameux déclic. Celui dont tout le monde parle, poussant à se regarder avec plus d’amour dans le miroir et de commencer à écouter son corps. Voilà bien un concept que je ne connaissais pas, dont je ne voulais même pas entendre parler. Mais l’année deux-mille-dix-huit m’a chamboulée, comme ça, d’un coup, comme un éclair de génie. J’ai donc eu cette fameuse sensation de maturité, cette sensation d’avoir perdu des années et des années à manger trop, mal, pas assez, de nouveau trop et toujours plus mal. Je ne vous cacherai pas que je me suis laissée influencer par une de mes blogueuses préférées – mais c’était malgré tout une histoire bien personnelle. Entre mon corps et moi. Ma tête et moi, le chocolat et moi.

Lire la suite de « Muffins, Puffins. »

darling, you look perfect tonight.

Manger en moyenne quatre fois par jour, soit dix heures par semaine, quarante heures par mois ou quatre cent quatre-vingt heures par an. Porter sa fourchette à sa bouche comme un réflexe et oublier parfois même le goût principal qui constitue l’assiette. Manger par habitude, par obligation ou simplement parce qu’il le faut et laisser s’échapper bien vite tout le plaisir qui s’y associe. La nuit des temps se rappelle encore des maladies que la nourriture inflige et répète sans fin aux humains, sans que les nouvelles générations n’en gardent une expérience indispensable. La totalité des ressources annuelles de la Terre a été consommée en août dernier, ne laissant qu’une avance aux reste des mois et réduisant de nouveau nos chances de vivre longtemps.

12

Lire la suite de « darling, you look perfect tonight. »